Paradoxe de Fermi

Le paradoxe de Fermi est un aphorisme émis par le célébre Physicien Enricor FERMI. Il est possible de résumé ainsi ce paradoxe : "Considérant le fait que notre Univers est agé de quelques treize milliards d'années, comment se fait il que pendant toute cette durée des civilisations intelligentes n'aient pas émérgé et ne soient pas venu nous rendre visite ?" 

Ce paradoxe est un argument pour les opposants à la réalité du phénomène OVNI (Objets Volants Non Idenfifiés) pour clamer que nous sommes seuls dans l'Univers. 

Il semble pourtant plus logique et plus rationnel de dire au contraire que le phénomène OVNI est la manifestation d'êtres intelligents venus d'une autre planète (HET : Hypothèse Extra-Terrestre.) et donc de dire que la paradoxe de Fermi est résolu et que nous ne sommes pas seuls dans l'Univers. 

La Genèse du Paradoxe :

Enrico Fermi (1901-1954), physicien Italien, est célèbre pour son prix Nobel de physique en 1938. Cet éminent Physicien fut le concepteur de la première réaction nucléaire en chaîne en 1944. Enrico Fermi fut aussi l'acteur d'une anecdote, que l'astronome Carl Sagan baptisa plus tard "le Paradoxe de Fermi". 

Enrico Fermi 
Enrico Fermi



Pendant l'été 1950, Enrico Fermi travaillait au laboratoire national de Los Alamos. En se rendant à la cantine avec trois autres physiciens renommés, il discutait d'un dessin humoristique paru dans le New Yorker. Suite à une série de vols de poubelles à New York, le dessinateur avait représenté une soucoupe volante posée sur une autre planète avec des petits hommes verts tirant chacun un container de déchets. 

Le dessin du <i>New-Yorker</i> 
Le dessin du New-Yorker

Fermi demanda à Edward Teller, le père de la bombe H, une estimation de la probabilité que dans les dix prochaines années nous ayons la preuve de l'existence d'un objet se déplaçant plus vite que la vitesse de la lumière ? Il sous-entendait bien sûr que tout extraterrestre nous rendant visite aurait découvert le voyage supra-luminique. Teller hasarda : 1 sur 1 million. Fermi répondit que ce chiffre était bien trop faible, et que son estimation se portait à 10%. La question s'arrêta là. Ils prirent leur repas. Tout d'un coup Fermi se leva de table et s'écria "Mais où sont-ils ?" 

Cela déclencha un fou rire dans la cantine. Etonnament, tout le monde avait comprit qu'il était question d'extraterretres..... 

Imaginons en effet qu'un beau jour, une civilisation extra-terrestre décide de visiter ou de coloniser l'espace. Imaginons que leur technologie leur permette uniquement de se déplacer à 1% de la vitesse de la lumière. En moyenne, 500 ans plus tard, ils atteignent les étoiles les plus proches de la leur. Ils s'installent là et 500 ans plus tard repartent vers d'autres mondes. La vague de colonisation se déplace donc à 0,5% de la vitesse de la lumière. Comme la galaxie fait 100000 années-lumière de diamètre, en seulement vingt millions d'années, cette civilisation par cette progression exponentielle a colonisé toute notre Galaxie. 

Les plus vieilles étoiles ayant quelques milliards d'années, si au début de la vie de notre galaxie une civilisation avait décidé de la coloniser, cette civilisation devrait être partout maintenant. 

Comme officiellement, la manifestation OVNIs n'ait pas reconnue, cela signifie que nous sommes seuls dans l'Univers. Q.E.D. L'interjection d'Enrico Fermi prend alors tout son sens : "Mais où sont-ils ?" 

L'explication la plus rationnelle :

En fait if faut utiliser le concept du Rasoir d'Ockham, à savoir que l'explication d'un phénomène doit être celle qui est la plus simple, ou la plus élégante.... 

Des milliers de témoignagnes et de preuves existent pour nous convaincre que la Terre est visitée par des engins sans doute d'origine extra-terrestres et ce depuis de nombreux siècles. Basé sur le raisonnement du Paradoxe de Fermi, cela signifie qu'une des conclusions possibles est que la vie existe dans l'Univers autre part que sur notre planète et que une ou plusieurs civilsations ont visité ou colonisé au minimume toute notre Galaxie.

 

Les possibles solutions du Paradoxe de Fermi :

Extrait d'un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La problématique :

Sommes-nous la seule civilisation intelligente et technologiquement avancée de l'Univers ? L'équation de Drake tente de quantifier leur nombre en faisant intervenir de nombreuses variables par ailleurs toutes inconnues sauf une. Enrico Fermi a fait la supposition de l'existence d'une seule civilisation extra-terrestre capable du voyage intersidéral (à une vitesse toutefois inférieure à la vitesse de la lumière). Il a supposé cette civilisation intéressée à la conquête de la Galaxie (quels qu'en soient les buts) et qu'elle progressait par bonds, colonisant une planète pendant quelques centaines ou milliers d'années, puis envoyant des dizaines de vaisseaux vers de nouvelles conquêtes. 

Le problème est que - après seulement quelques centaines de milliers d'années – l'ensemble de la Galaxie est sous l'emprise de cette civilisation extra-terrestre (la faible vitesse de déplacement des vaisseaux est largement compensée par l'augmentation exponentielle du nombre de vaisseaux de colonisation). Enrico Fermi demande donc : « si les extraterrestres existent, mais où sont-ils donc ? ». Pourquoi n'avons-nous vu aucune trace d'une vie intelligente extraterrestre, par exemple des sondes, des vaisseaux ou des transmissions radios ? 

Réponses possibles au paradoxe de Fermi :

Les réponses proposées à ce paradoxe sont nombreuses, et pas toutes exclusives entre elles. Elles peuvent être classées en quatre grandes catégories qui, elles mêmes, comportent plusieurs réponses de différents ordres : 

  • Les civilisations extra-terrestres n'existent pas ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, mais il leur est impossible de nous contacter ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, ont développé la technologie pour nous visiter, mais ne l'ont pas fait ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent et nous ont visités, mais ne signalent pas leur présence ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, nous ont visités et ont communiqué avec nous, mais leur existence n'a pas été officialisée ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent et nous sommes celle qui visitera la galaxie ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, mais considèrent notre système solaire comme peu propice ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, mais s'auto-détruisent avant de contrôler le voyage inter sidéral ;
  • Les civilisations extra-terrestres existent, mais "transcendent" à partir d'un certain niveau technologique.

 

Les civilisations extra-terrestres n'existent pas :

 

La vie ne s'est développée que sur la Terre :

La probabilité qu'une forme de vie technologiquement avancée puisse se développer ailleurs dans l'univers serait beaucoup plus faible qu'estimée initialement. Ce pourrait être parce que les facteurs permettant de développer la vie sont très nombreux (partant de la présence des éléments chimiques structurant la vie et d'une source d'énergie allant jusqu'à la présence d'une planète géante telle Jupiter pour aspirer les astéroïdes qui, autrement, détruiraient trop rapidement la vie en train de se former). Ce pourrait être aussi parce que, même ces facteurs réunis, les probabilités que les éléments chimiques se combinent pour former de la matière vivante sont si faibles que cet événement ne s'est produit qu'une fois dans toute l'histoire de l'univers, c'est, entre autres, pour tenter de trancher cette question que l'on recherche activement des traces de vie sur Mars et que l'on envisage d'en faire autant sur Europe (satellite de Jupiter, seul autre corps du système solaire, en dehors de la Terre, à posséder de l'eau liquide). 

Le principe anthropique semble conforter cet argument : pourquoi observerions-nous un univers de cette taille si la vie avait pu apparaître dans un univers plus petit et donc moins improbable ? Objection possible : notre présence n'arrête pas pour autant l'actuelle expansion de l'univers. Que pourrait penser une possible civilisation (ne connaissant pas notre existence) dans 4 milliards d'années dans un univers encore plus grand ? Les hommes n'étant plus vivants tomberaient sûrement dans l'anonymat, ce qui pose bien sûr un problème pour les religions anthropocentristes. Réponse possible : l'univers serait plus étendu, mais pas plus grand au sens il ne contiendrait pas plus de matière après son expansion qu'avant, et donc pas plus de probabilité de donner la vie (voire moins en raison de la réduction du nombre d'étoiles par épuisement de l'hydrogène et de l'extinction des plus anciennes). 

La vie n'évolue pas nécessairement vers l'intelligence :

L'anthropocentrisme humain tend à considérer le processus évolutif comme un processus linéaire amenant inexorablement vers sa niche écologique : une forme de vie intelligente (et d'autres ajouteront « qui peut vivre en harmonie sans vouloir s'entre-tuer »). L'intelligence fait partie des nombreux mécanismes d'adaptation permettant à des espèces de survivre, mais n'est pas pour autant le seul. Les cafards, les rats, les fourmis, les bactéries peuvent survivre dans de bien pires conditions. L'intelligence nous a bien réussi sur notre planète, qui possédait ses conditions spécifiques, mais chaque planète pouvant héberger la vie peut fort bien avoir des espèces dominantes ayant suivi d'autres voies ; d'ailleurs, même sur Terre, les dinosaures ont dominé pendant pratiquement 200 millions d'années sans évoluer vers une espèce capable de développer une civilisation technique. 

La vie intelligente est vouée à l'autodestruction avant d'essaimer :

Il y a au moins trois raisons qui peuvent soutenir cette hypothèse. 

La première est que l'intelligence est directement liée à l'agressivité, et qu'elle en rend les effets de plus en plus graves. À l'extrême, elle peut s'auto-exterminer, et avec elle une bonne partie des formes vivantes de la planète. C'est le scénario brutal. 

La seconde est que la vie animale est régulée et motivée par des systèmes émotionnels (douleur, angoisse, plaisir, etc.), que l'intelligence permet de modifier, court-circuiter. Si on donne à un rat la possibilité d'auto-stimuler ses centres nerveux associés au plaisir, il le fait, et il en meurt. Les drogués donnent un autre exemple similaire, et la façon dont les émotions naturellement associées à la reproduction (plaisir sexuel, émotions familiales) sont maintenant court-circuitées et obtenues sans reproduction (avec chute de la natalité sous le seuil de maintien de la population, dès que les techniques adéquates sont disponibles) est également très éclairante. Inversement, l'intelligence peut donner une angoisse existentielle face à une réalité vertigineuse, conduisant au suicide individuel. La perspective de voir une espèce intelligente disparaître « de bonheur » ou « d'angoisse » n'a rien d'inimaginable. C'est le scénario de la disparition en douceur. 

La troisième est que sur le chemin des avancées technologiques menant à l'essaimage, il s'en trouve au moins une qui soit incontournable mais mène immanquablement à la perte. Par exemple une dont toute expérimentation a un résultat cataclysmique (vitrification de la planète), ou une très utilisée mais aux effets délétères découverts trop tard (endommagement irréversible de l'environnement ou de l'espèce). Dans ce cas nous serions voués nous aussi à provoquer notre perte. 

Dans tous les cas, la vie intelligente peut disparaître avant de se diffuser ou de laisser des traces visibles. Sans aller jusqu'à l'extinction, elle peut aussi se retrouver suffisamment rare pour que chaque individu ait déjà assez à faire pour découvrir seulement la planète, et pour que les ressources importantes nécessaires à un voyage ou un signal spatial ne soient plus disponibles. 

La vie intelligente "transcende" avant d'essaimer de façon notable dans la galaxie :

C'est la version optimiste de l'explication précédente : A partir d'un certain niveau de développement technologique, les civilisations acquièrent la possibilité d'atteindre un autre niveau d'existence. Par exemple, la technologie peut permettre de créer un nouvel univers parfaitement adapté à la civilisation concernée (immortalité, contrôle total de l'énergie et de l'entropie...). Cette explication a l'avantage de s'appliquer aux civilisations non aggressives, non suicidaires et testant avec prudence les nouvelles technologies. 

Mais il existerait une ou des civilisations intraterrestres [modifier] Cette thèse, qui recoupe en partie l'hypothèse extraterrestre au second degré, postule l'existence de civilisations, dont la structure biologique est différente de la vie terrestre normale (règnes), mais habitant des régions intérieures de la terre, voire des dimensions parallèles dans une version plus subtile. 

La thèse postule que les formes de vie intelligentes souterraines ne communiquent pas explicitement avec les humains, d'une part puisqu'elle habitent cette même terre et qu'elle tiennent à une relative obscurité et d'autre part puisqu'elles peuvent agir à l'insu quasi total des humains sans avoir besoin de leur en rendre compte. Elles peuvent en revanche se déplacer à la surface de la terre et y agir (déplacements atmosphériques, agroglyphes, contacts du 2e et du 3 type) au moyen de technologies de leur cru, exploitant les richesses du sous-sol profond. Le fait de passer pour des extraterrestres leur permet de dissimuler les retraites souterraines, du moins sur le plan psychologique, l'homme n'étant pas tenté de rechercher sur ou dans sa planète ce qu'il croit provenir de l'extérieur. 

Cette thèse peut aussi dans un certaine mesure corroborer la thèse de complots avec des forces extraterrestres (courant conspirationiste de l'hypothèse extraterrestre HET), des humains pouvant avoir versé dans le camp non humain en compensation d'avantages de diverses natures. 

Deux postulats vont dans le sens de la présence de cette vie intraterrestre: 

Pour les scientistes ces formes de vie proviennent d'une colonisation extraterrestre de la terre antérieure à nos grandes civilisations ou à notre mémoire collective (-6000 ans). Pour les théologies musulmanes et chrétiennes les manifestations troublantes (signes impressionnants, phénomènes paranormaux, apparitions, enlèvements, difficultés de vie de personnes "contactées"[1], etc.) ne sont que l'expression d'un monde et d'un mode d'action démoniaques, dont les comportements, qui se distinguent nettement du mode d'action divin ou angélique, sont décrits dans leurs textes sacrés.

Les civilisations extra-terrestres existent, mais il leur est impossible de nous contacter :

 

Limitations dues à la physique :

Il se peut que l'expansion de l'univers jointe à des questions de lenteur de la lumière et de bilan énergétique interdise de façon durable des voyages suivis à l'extérieur d'un système solaire. Rappelons toutefois la remarque d'Arthur C. Clarke : « Lorsque nous sommes en orbite basse, nous sommes déjà énergétiquement à mi-chemin de n'importe quel autre point de la galaxie ». Reste la question de la limitation de vitesse à c, et de l'énergie nécessaire pour atteindre des vitesses qui en soient proches. 

La récente découverte (1998) d'une accélération de l'expansion de l'univers donne un poids nouveau à cette hypothèse. 

Communication impossible :

Il se peut également que les civilisations extraterrestres soient différentes de nous à un point où nous n'aurions pas la possibilité de communiquer. Parmi les raisons possibles à une telle impossibilité, on peut citer : 

  • des différences considérables d'échelle, y compris par exemple d'échelle de temps ;
  • des différences dans la façon de penser, à un point rendant toute communication non seulement inintéressante pour les deux parties mais également structurellement impossible (par exemple, il nous serait extrêmement difficile de communiquer avec une intelligence collective telle qu'une fourmilière) ; une différence fondamentale d'essence (on pourrait imaginer par exemple une civilisation extraterrestre non constituée de matière, ou ne pouvant communiquer hors d'un substrat particulier, par exemple liquide) ; pour leurs télécommunications, une civilisation extra-terrestre n'utilise peut-être pas les ondes radio, mais une autre technologie qui nous est inconnue, auquel cas nos tentatives de contact comme SETI, ainsi que les leurs, s'avéreraient vaines.

 

Autre type de civilisations :

Il est possible qu'une autre civilisation ne soit pas technique, soit par manque de matériaux, soit par manque de moyen de manipulation (comme les dauphins), soit du fait de l'inutilité de la technique (comme l'esclavage antique qui a empêché le développement du machinisme). 

Sur une planète constamment entourée de nuages (à l'image de Vénus mais sans sa température élevée) une civilisation peut très bien se développer dans l'ignorance de l'existence du reste de l'univers, que ces nuages soient physiques ou figurés (tels ceux par exemple de quelque obscurantisme religieux, politique ou « philosophique »). 

L'observation d'un phénomène ne signifie pas toujours qu'on soit capable de le comprendre et de l'interpréter correctement, comme le faisaient remarquer les frères Arcadi et Boris Strougatski dans Il est difficile d'être un Dieu (connu en France sous le titre du film Un Dieu rebelle). 

Les civilisations extra-terrestres existent, ont développé la technologie pour nous visiter, mais ne l'ont pas fait :

« La meilleure preuve qu'il existe des êtres intelligents dans l'univers, est qu'ils n'ont jamais cherché à nous contacter. » 

Démotivation :

On peut considérer que, soit par hasard, soit pour des raisons éthiques, aucune des civilisations qui seraient apparues n'aurait souhaité s'étendre partout dans la galaxie, laissant à de nouvelles formes de vie le temps de se développer. 

Ils peuvent également estimer que la probabilité d'une autre vie intelligente sur une autre planète est faible et ne nécessite pas une recherche sur le long terme. 

Enfin, l'application du paradoxe de l'abondance, si leur société se trouvait avoir résolu la question du besoin et si leur psychisme avait une similitude avec le nôtre, peut avoir créé chez eux une importante passivité en éliminant toute recherche intellectuelle. 

Blocage structurel ou culturel :

Nous entreprenons des projets pour en obtenir une satisfaction. Sans doute une société suffisamment avancée scientifiquement peut-elle facilement assurer cette satisfaction sans passer par les intermédiaires de la conception et de la réalisation de projets, ce qui conduit à la disparition de tout projet. Vision certes inquiétante, mais nullement impensable. Un tel état représente même un possible point fixe (attracteur) d'un processus de civilisation, et la Chine entre le XVe et le XVIIe siècle, figée dans sa parfaite stabilité d'institutions, en montre une réalisation possible sur notre planète même. 

En effet, après les campagnes maritimes de l'amiral Zheng He qui ont exploré l'Océan Indien - certains prétendent même qu'il aurait reconnu la côte occidentale de l'Amérique du Nord - avec des navires beaucoup plus grands que les caravelles qui se répandront après lui de par le monde, la Chine se referme, persuadée que le monde périphérique n'a rien à lui apporter. 

Les éventuels extraterrestres pourraient donc fort bien adopter une attitude de cocooning faisant qu'ils se passent très bien de nous et des complications d'un voyage pour venir nous voir. 

Le débat sur notre propre Terre concernant l'exploration spatiale (coûts importants, retombées hypothétiques...) reflète déjà cette préoccupation. 

Les civilisations extra-terrestres existent et nous ont visités, mais ne signalent pas leur présence :

 

Absence d'intérêt pour notre planète ou notre espèce :

D'éventuels extraterrestres, même s’ils sont passés sur la planète, ne lui ont peut-être pas trouvé d'intérêt, et ont continué leur chemin (ou se sont abstenus de toute visite, compte tenu des informations collectées par leurs capteurs). Une civilisation capable de se déplacer entre systèmes solaires de la galaxie ne doit pas avoir de difficultés à s'approvisionner dans des endroits plus riches ou plus pratiques pour elle, ou tout simplement pour synthétiser la matière utile (au lieu de la transporter d'une planète à une autre, au prix d'efforts et surtout d'un délai exorbitant). Tout ce que nous aurions une chance de voir serait de temps à autres quelques routards galactiques égarés. 

Même s'ils se sont aperçus de notre présence les extraterrestres n'ont peut-être pas plus de choses à nous dire que nous n'en avons à dire aux chimpanzés ou aux fourmis. Pire : ils pourraient nous juger inéduquables et ne pas souhaiter perdre leur temps avec nous. 

On peut imaginer enfin que les extraterrestres, s'ils sont passés, l'ont fait il y a trop longtemps pour nous, avant notre apparition (Hypothèse du rendez-vous manqué). 

Hypothèse du Zoo cosmique :

Des extraterrestres existeraient bien et s'intéresseraient à notre espèce : 

Ils pourraient le faire de la même façon que nous nous intéressons aux animaux dans des réserves naturelles, par curiosité scientifique et en cherchant à interagir le moins possible avec eux. Les animaux d'un parc naturel ne savent jamais qu'ils sont dans un parc naturel. Et nous ne consacrons pas de ressources à essayer d'enseigner les équations différentielles à des bonobos sauvages, nous préférons les laisser vivre de façon traditionnelle. Star Trek réfère à cela par la Première directive (Prime Directive).

Hypothèse de l'apartheid cosmique :

L'hypothèse du zoo pourrait aussi n'être qu'une première étape dans le cadre d'une hypothèse plus globale d'un apartheid cosmique [2]. Au lieu de laisser les primates vivre de façon traditionnelle, l’homme lui-même pourrait aussi choisir demain de les guider ainsi dans une évolution contrôlée destinée à faire naître une nouvelle espèce intelligente semblable à l’espèce humaine, dans des réserves terrestres, ou mieux encore, extraterrestres . S'il était seul dans l’univers, la vie intelligente serait ainsi mieux préservée, et l’homme ferait déjà par là œuvre utile. Les moyens dont il dispose actuellement lui permettraient cette entreprise. Sans parler des retombées technologiques considérables de la terraformation d’une planète , les connaissances pouvant être acquises en cette occasion dans le seul domaine des sciences de la vie ( conscience, connaissance du cerveau, etc.) pourraient prochainement inciter l’homme à se lancer dans un tel projet cosmique. Un « marché gigantesque » pourrait même se révéler dans ce domaine ! 

Des ET beaucoup plus avancés pourraient avoir fait ce choix de nous guider du primate vers l'homme, intervenant par exemple avec des masques humains, par le biais des religions ("apparitions, miracles"), et par des moyens scientifiques et technologiques de télésurveillance et de contrôle que nous commençons à maîtriser. Cette assistance discrète en apartheid cosmique nous aurait permis de nous éveiller à la conscience sans nous transformer en « robots » par une présence trop dominante. Eux-mêmes issus d'une telle évolution, ils auraient formé une civilisation avant l'homme et seraient entre temps devenus des êtres artificiels. « Parents ou tuteurs cosmiques » de l’homme, ils attendraient naturellement de lui qu'il devienne à son tour "parent ou tuteur cosmique" en hominisant lui aussi d'autres primates. Nous leur apporterions par là la preuve d'une conscience réelle acquise et de la réussite de leur propre expérience d’hominisation de notre espèce. S’ils devaient se dévoiler, ils ne le feraient jamais avant une claire démonstration de l’homme à vouloir perpétuer la vie et l'intelligence. Cette hypothèse est apparentée à celle de la fiction La Sentinelle / 2001, l'odyssée de l'espace. 

Hypothèse des « grands transparents » :

Cette hypothèse relève plus du réalisme fantastique à la mode dans les années 1960 que d'une véritable supposition scientifique : des extraterrestres existeraient, et auraient entrepris de nous aider discrètement à trouver notre propre voie ainsi qu'à nous corriger de nos éventuels dysfonctionnements. Nous sommes là à la limite des points de vue scientifique et religieux. L'idée a néanmoins été exploitée par la science-fiction via divers médias populaires (romans, films, BD, ...). Hergé lui fait un clin d'œil par exemple sous les traits de Jacques Bergier dans Vol 714 pour Sydney. 

Les civilisations extra-terrestres existent et nous visitent, les ovnis en sont une manifestation [modifier] Les civilisations extra-terrestres existent et nous visitent, les ovnis en sont une manifestation: cette possibilité avait été évoquée durant la discussion entre Fermi et ses collègues, mais a été rejeté à cause de l'absence de preuves en faveurs de l'HET (à noter que cela remonte historiquement au tout début du phénomène). 

L'HET est aujourd'hui l'explication du phénomène ovni privilégiée par la majorité des ufologues, contrairement à la communauté scientifique qui privilégie à l'inverse le modèle sociopsychologique du phénomène ovni. Pour les ufologues, le paradoxe repose sur le rejet du phénomène ovni comme manifestation des ET. Le rejet peut provenir d'une discordance entre la prédiction de ce que serait la manifestation d'une civilisation ET et le comportement des ovnis qui ne manifestent pas une volonté de prise de contact. Il faudrait donc, selon ces ufologues, commencer par s'interroger sur la validité de nos attentes sur la forme que devrait prendre la manifestation d'une civilisation ET visitant la terre. 

Si nous ne comprenons pas comment les voyages interstellaires sont possibles, la source d'énergie très puissante dont semble disposer les ovnis ainsi que nombre d'autres capacités affichées par ces engins, ne serait-il pas normal que cette incompréhension s'étende à la logique de leurs manifestations? Ainsi, toujours selon les ufologues, le raisonnement qui présente la discordance entre le comportement des ovnis et ce qu'on attendrait d'une manifestation d'ET ne peut être un argument pour rejeter le phénomène ovni comme possible manifestation des ET. On peut néanmoins se demander si cette tout-puissance ne rapproche pas plutôt la croyance dans l'HET d'un phénomène religieux. Le mouvement sceptique contemporain Michael Shermer dit par exemple ironiquement à ce propos: Toute civilisation extraterrestre ayant une avance technologie infiniment supérieure à la nôtre ne peut pas être distinguée de Dieu. 

Le paradoxe de Fermi tient dans la contradiction entre la constatation que les ET devraient logiquement exister et nous visiter, et celle qu'il n'y a pas de preuves pour soutenir l'hypothèse qu'ils nous visitent. 

Renversement du paradoxe : futurs possibles pour l'espèce humaine :

Il est intéressant de noter que pour chaque réponse possible au paradoxe de Fermi, on peut imaginer une évolution similaire de l'humanité terrestre, avec donc trois grandes formes d'avenir : 

Principe anthropique :

Le principe anthropique dans sa version dite faible explique la taille immense de l'univers (qui implique une très grande quantité d'énergie, et donc une très grande improbabilité d'apparence par rapport à un plus petit) par le fait que s'il avait été plus petit, la vie n'aurait pas eu la possibilité d'y apparaître. Il y a dans ces conditions une contradiction à vouloir supposer que nous serions dans un univers assez grand pour que la vie intelligente y soit apparue deux fois indépendamment. Nous aurions eu, dans ce cas, beaucoup plus de chance d'être seuls dans un univers deux fois plus petit. 

Le principe anthropique faible constate que nous existons, et que cela implique que les paramètres fondamentaux de l'univers sont compatibles avec notre existence telle que nous la constatons (vie carbonée, etc.). Nous ne voyons pas d'extraterrestres et nous n'avons donc pas ajouté leur hypothèse aux faits de départ. En ce cas, les conditions probables pour que nous observions l'univers tel qu'il est sont les suivantes: 

D'une part, la taille de l'univers doit être au moins suffisante pour nous faire apparaître. Et, compte tenu de la taille immense de l'univers, il est possible que la probabilité de l'événement soit très, très faible : plus l'univers est grand, plus le principe anthropique suggère donc au contraire que la vie consciente risque d'y être exceptionnelle, t non courante (Carl Sagan n'acceptait pas ce point de vue). 

D'autre part, puisque nous n'avons aucun contact avec une autre civilisation, on peut raisonnablement supposer que notre univers est trop petit pour que la vie intelligente (et potentiellement mobile à l'échelle cosmique, encore que nous n'en soyons nous-mêmes qu'aux balbutiements) y soit apparue deux fois indépendamment. Le mot indépendamment est important dans l'hypothèse. Dans le cas d'une panspermie, la donne serait bien entendu tout à fait changée. 

Critique de l'anthropisme :

Ne pas voir d'extraterrestres n'implique pas qu'ils n'existent pas. La grande taille de l'univers est un argument en faveur de l'existence de vie extraterrestre évoluée. Quelle que soit la probabilité d'apparition naturelle de vie intelligente comme la nôtre, dès lors qu'elle n'est pas nulle, l'apparition est très probable. En effet, il faut tenir compte de la multiplicité des occasions de se réaliser. Soit p la probabilité d'apparaître en une occasion, la probabilité d'apparaître au moins 1 fois en n occasions est 1-(1-p)n ; et pour n très grand cette valeur tend vers 1. Même si p est extrêmement petit, avec un nombre d'occasions suffisamment grand, l'événement se produira avec quasi certitude. 

La probabilité d'existence d'au moins deux civilisations intelligentes comme la nôtre est de l'ordre du carré de cette probabilité très proche de 1; elle est donc elle aussi proche de 1. Dès qu'on admet que l'apparition de vie intelligente comme la nôtre est le fruit de processus naturels aléatoires, alors on doit admettre la possibilité de l'existence de multiples civilisations extra-terrestres. 

La panspermie augmenterait la probabilité d'existence de vie extra-terrestre. Les raisonnements supposent bien sûr que l'apparition de la vie sur Terre a suivi un processus aléatoire et non dirigé. 

Le voyage dans le temps :

Des scientifiques, dont Stephen Hawking, se sont servis d'un raisonnement similaire à celui d'Enrico Fermi au sujet du voyage dans le temps : si le voyage dans le temps est envisageable dans l'avenir, pourquoi n'y a-t-il pas de visiteurs du futur parmi nous ? Une des réponses avancées est qu'il faut peut-être une installation aux deux bouts du voyage. En d'autres termes, le voyage dans le temps ne serait possible que dans la plage de temps postérieure à la construction de la première machine (voir en œuvre de fiction La fin de l'éternité d'Isaac Asimov). Une autre raison possible est que, pour conserver leur présent, les éventuels voyageurs temporels doivent se garder de modifier leur passé ; ce qui serait inévitable s'ils entraient en contact avec nous. Cette dernière raison laisse d'ailleurs supposer, si elle est vraie, que le futur ne doit pas être si mauvais étant donné qu'il ne justifie pas une modification. Mais tout cela n'est pour le moment que spéculation. 

Dans les œuvres de fiction :

Dans Ultimate Extinction, Mr Fantastique note que Gah Lak Tus fournit une solution à la contradiction apparente entre l'équation de Drake et le paradoxe de Fermi : la Terre n'avait pas encore rencontré de civilisations extraterrestres parce qu'elles sont rendues rares par le comportement de prédation d'une d'entre elles. 

Dans Babel Minute Zero, le Pr. Ernst Alberich note qu'au moment où il discute du paradoxe, Enrico Fermi travaille à l'une de ses solutions, qu'il ne veut évoquer : la création de la bombe H. Piégée par la logique de la guerre qui l'anime depuis toujours, l'humanité se condamne à un destin d'auto-destruction - même si elle en a parfaitement conscience. Or, il en va de même pour toutes les autres espèces animales dans l'univers. Voilà pourquoi les étoiles demeurent silencieuses - reflet de notre destin imminent. 

0042